lundi 9 février 2015

Il ne fait aucun doute que l'arrivée d'un nouvel avion dans un aéroclub est un grand évènement. De même, s'installer pour la première fois dans un nouveau cockpit est une expérience réjouissante! Le point sur notre nouveau Tecnam!


     Alpha-Echo, le nom du nouveau venu sonne bien! Ca n'a plus grand chose à voir avec nos bons vieux DR400. D'un appareil en bois entoilé on passe à un avion tout en aluminium. Les volets et le trim deviennent électrique, la manette de richesse a disparu, et le GPS fait son apparition sur la planche de bord. L'avion est beaucoup plus léger, et à peine moins puissant. En vol, la différence sera frappante.

Montons à bord...


     Ca souffle sur Toussus aujourd'hui. Un vent glacial du Nord Est qui dépasse les 30kts en rafale. Pour le petit Tecnam, ce sont des conditions musclées. Et alors que je m'installe à bord pour prendre connaissance de l'avion, je sens la cellule trembler sous les assauts du vent! Heureusement, le temps de faire une longue pré-vol avec Denis pour connaître l'avion, le vent se calmera. Le cockpit a l'air plus petit, mais j'ai par contre nettement plus de place pour mes jambes par rapport au DR400. Avec mon mètre 93, ce n'est pas de trop! L'avion est donc confortable malgré son petit gabarit, c'est une première bonne nouvelle! 

     Tout fait plus moderne: le manche, le tableau de bord... La console centrale contient un GPS Garmin, une boite de mélange, une radio et un transporteur à affichage digital. Ca change du DR400! Le vol devient lui aussi digital et apparait sur la radio. La boite de mélange permet au pilote et au co-pilote d'ajuster le volume chacun selon ses préférences! Du luxe!


Et c'est parti!


     Le vent s'étant calmé, on décide de partir avec Denis. Pour aujourd'hui, on fera un petit local pour prendre en main l'avion et ses systèmes, notamment les volets et trim électriques, le VOR digital et le GPS.

     Au roulage, l'avion est très sain, et j'ai trouvé le palonnier beaucoup plus précis que sur les DR400, qui atteignent 30 ans d'âge il faut bien le rappeler. Au décollage, l'avion est tout aussi agréable. A 41kts, la vitesse de rotation arrive vite, très vite! A peine le temps de constater la bonne marche du moteur et du badin, qu'on est déjà à la vitesse. Et ensuite ca grimpe fort! Quand on passe le seuil de piste, l'avion est déjà haut dans le ciel, très impressionnant! Je n'ose pas imaginer le jour de mon lâcher, quand je serai seul à bord, une vraie fusée! Mais ca souffle aujourd'hui, et avec ses 620kg de masse maximum le Tecnam se fait trimballer. Ma tête n'est qu'à quelques cm de la verrière, et c'est parfois un peu brutal! Le harnais qui remplace la ceinture des DR400 n'est pas de trop dans ce cas là.

     Sinon, l'avion est très sain. Le trim électrique est un bonheur à utiliser, et on trouve facilement le bon réglage, et l'avion reste facilement en palier. 

     Un peu de mania, et puis je me lance dans la prise en main du VOR digital et du GPS. Il n'y a pas à dire, le GPS est un instrument pratique. Au moment du retour sur Toussus, on demande la directe 07. La procédure est moins évidente que lors d'une simple arrivée par Sierra, et le GPS s'avère bien pratique.  Il agit en DME (pratique quand la tour demande de rappeler à 4 nautiques et que l'on a pas de DME!), et le GPS affiche l'axe de piste. Trop facile pour s'aligner! Le VOR digital requiert lui aussi un peu de prise en main, mais on retrouve vite le fonctionnement du VOR analogique.

     L'arrivée sur Toussus est sportive avec de brutales rafales au sol. Je n'ai pas encore le Tecnam bien en main, je laisse donc la main à Denis qui me gratifie d'un arrondi parfait, on se demandait même si on était posé tellement le toucher avait été doux! J'en prends de la graine! Mais en définitive un vol très sympathique, une jolie découverte, et l'envie de revoler sur cette jolie machine!

vendredi 6 février 2015

Après six mois de découverte de l'Amérique du Sud, me voilà de retour en France. L'occasion de faire le point sur mes aventures aéro et de partager quelques belles expériences...



Pause dans mon instruction PPL, mais pas pour autant pause de mes aventures aéro! Rio de Janeiro est notamment connue pour son intense activité de vol libre. Le deltaplane y est très populaire, mais le parapente n'est pas en reste, et le Brésil compte quelques grands champions de la discipline, et des spots mondialement connus. Rio est l'un d'entre eux. Voler au dessus de Rio, c'est voler entre les montagnes, la foret, la mer, la plage, au dessus des immeubles et des favelas, en bref dans un contexte absolument unique.

La formation de pilote de parapente


Une fois bien installé à Rio, je contacte donc plusieurs instructeurs. C'est finalement avec Flavio, d'Altitude Parapente que je m'entrainerai. La formation commence par plusieurs séances au sol, pour apprendre à gonfler la voile et à la contrôler. Ensuite, viennent les premiers sauts depuis la pente d'entrainement. Il s'agit de petites collines qui permettent de faire ses premiers sauts. On passe progressivement sur des collines de plus en plus hautes, puis sur des rampes standards. Il y a ensuite différentes techniques de vol, d'approche, des manoeuvres à apprendre. En parallèle de tout ca, il y a également un théorique a passer.

Le lâcher


Et puis un jour, c'est le lâcher. Tout aussi impressionnant que mon lâcher solo d'il y a quelques mois! Je décolle cette fois de la grande rampe, la fameuse Pedra Bonita, à plus de 500m de haut, avant d'atterrir sur la belle plage de Sao Conrado. Et voilà ce que ca donne: pas de fioritures, juste la video et le bruit du vent. Entrecoupés par quelques cris d'adrénaline je vous l'accorde bien volontiers!




Une expérience unique donc. Moi qui suis tombé amoureux des paysages urbains cariocas, le parapente a été le moyen de découvrir la ville sous un autre angle, sans la horde de visiteurs qui m'entouraient souvent, en totale liberté, avec des sensations fantastiques! Et sans aucun doute, le parapente m'apportera bien d'autres expériences. Prochaine étape: un stage en France, probablement en Auvergne!

Ciao!


jeudi 2 octobre 2014

     Plus de posts depuis quelques semaines... J'ai en effet mis en pause mes aventures aéronautiques le temps d'un échange de six mois à Rio de Janeiro au Brésil!

La vue depuis le Corcovado, au sommet duquel se dresse le Christ Rédempteur


     Petite pause au sein de mon PPL donc, que je reprendrai à mon retour en France en février. Au programme, le théorique que j'espère pouvoir passer avant Mars, quelques vols de remise à niveau, et ensuite toujours des tours de piste, de la mania, et surtout les navigations, et du vol solo!

     Je passe donc six moi à Rio, une chance absolument formidable! Des découvertes au quotidien, des villes magnifiques, de la musique partout, et des gens incroyables!

     En attendant, si je ne pilote plus, je continue à voler! Rio est une des villes les plus célèbres d'Amérique du Sud pour son activité de vol libre. On le pratique en plein milieu de la ville, au dessus des immeubles, de la plage et de la mer, depuis une des nombreuses montagnes qui entourent Rio. Dans la région, on trouve des spots connus dans le monde entier (Championnats du monde de parapente 2012, record de distance en parapente cross-country...).

     C'est donc bel et bien le parapente que j'ai commencé! Des sensations très différentes, et en même temps toujours ce sentiment unique de voler! Tout cela, au milieu d'un panorama exceptionnel!

Me voilà en train de m'entrainer à gonfler l'aile et à la maitriser en courant pour le lancement

     Au menu de la formation, un premier vol en tandem absolument formidable, plusieurs séances d'entrainement pour apprendre à gonfler la voile et à la maitriser, plusieurs séances sur la pente d'entrainements pour les premiers petits vols, et enfin le grand saut depuis la rampe de la Pedra Bonita! Je suis encore sur la pelouse, mais je devrais pouvoir voler dès la semaine prochaine!


     Comme vous le voyez, la vue depuis la rampe, à 530m de haut est formidable! Les parapentistes les plus expérimentés peuvent aller voler jusqu'à la statue du Christ Rédempteur, ou longer la côte et remonter les plages d'Ipanema, voire Copacabana!

     Voilà donc quelques nouvelles des nuages, à bientôt!

jeudi 5 juin 2014

     Techniquement, il s'agit du vol le plus court et le plus simple en terme de procédures que j'ai jamais effectué. Pourtant, c'est sûrement un vol dont je me rappellerai toute ma vie de pilote: celui de mon lâché!

Y-a-t-il un pilote dans l'avion?

Mais avant...


     Il a bien sûr fallu que je m'entraine beaucoup, et que j'effectue un certain nombre d'exercices (voir l'épisode précédent), et que je fasse un vol test avec un second instructeur du club. Au menu, un petit local avec deux 360° à 45° d'inclinaison, et quelques tours de piste, une petite remise de gaz. Rien d'exceptionnel donc, mais il faut être au point pour valider le test! Pas facile avec les 10-15kts de vent de travers, mais je m'en sors à peu près honorablement! Chose faite, rendez-vous est donné pour le lendemain, pour le lâcher, le vrai celui-là..!

     Le jour du lâcher donc, un petit local, quelques tours de piste, et soudain...


"Bon eh bien, tu vas me laisser devant la tour!"


     Je redoutais ce moment, et en même temps je n'attendais que cela... Denis déposé, me voilà donc dans l'avion, seul. Ouah. On commence par quoi déjà? Je m'accroche fébrilement aux items de la checklist, qui est mon dernier élément de réconfort à ce moment là, c'est dire! J'écoute l'ATIS, une fois, deux fois, trois fois! Oui oui oui, la tension est là...

Ca y est, pour la première fois je suis seul dans un avion!

Allez, l'autorisation de roulage, et c'est parti pour la 25L. Ca y est, l'avion roule - et je me sens beaucoup mieux! L'avion répond bien, ça roule, bref tout va bien. Arrivé au point d'arrêt je jette un dernier coup d'oeil à la checklist, je vérifie mes paramètres, je me parle pour penser clairement, je fais mon briefing avant décollage et j'attends le décollage d'un avion qui me précède. Toussus est très calme en cette belle soirée. Le soleil commence à descendre, il n'y a presque pas de nuage, le vent est absolument nul: autrement dit, des conditions idéales.

Quand l'AT3 qui apparaît dans un coin de la verrière aura décollé, ce sera à moi!


"Fox Quebec Oscar, alignez vous piste 25 Gauche et attendez"


     Quand je m'aligne sur la piste, je ne pense plus qu'au vol, mais l'excitation de ce premier vol solo n'est pas très loin et quand je pousse la manette des gaz, je sens que je me lance dans un vol vraiment unique. Pleins gaz, l'avion se met en mouvement, il accélère. "Puissance disponible, badin actif, pas d'alarme: go!". C'est parti! Rotation et... me voilà en l'air. Seul. Wouah! Pas d'autre mot, c'est tout simplement exceptionnel.

Ca y est, je vole!

     Mais pas le temps de flâner: check après décollage, mise en vent traversier, puis en vent arrière, mise en palier, préparation machine, réduction, compensation: ca va à toute vitesse, mais ça se passe bien. Je tiens bien mes paramètres, je suis bien dans le circuit, bref tout va bien. Base, finale. Ok pour la tenue d'axe et la vitesse, quelques ajustements sur le plan, mais ca le fait. Arrivé au seuil de piste réduction, arrondi et... ouch! Ca pose un peu dur, mais "posé pas cassé" comme on dit! J'ai failli reprocher à Denis de ne pas m'avoir dit que mon arrondi était trop hésitant sauf que... ah bah oui, je suis seul maintenant...
     Remis de mes émotions, je remonte la piste par les taxiways, et je me présente de nouveau au point d'arrêt, et... c'est reparti! C'est qu'on y prend goût!!! Même rengaine, je m'aligne, je me pose: c'est plus doux, mais je touche presque trois points. "Fox Quebec Oscar, de la part de l'instructeur, si vous pouviez arrondir un peu plus pour toucher 2+1 ca serait pas mal, enfin... si c'est possible". J'imagine la tête des pilotes dans le circuit qui doivent se farcir les conseils de mon instructeur en direct live sur la TWR..!
     Un dernier touch & go plus tard, me voilà en vent arrière pour un dernier complet. J'ai enfin le temps de me poser, de profiter du moment et du paysage. Le soleil se couche sur la région parisienne, presque pas un nuage, les couleurs sont belles: wouah, que c'est beau! Et je suis seul en plus!


Et maintenant?


     De retour au sol, je me rends à peu près compte que ca y est, j'ai volé seul! Voilà un vol qui restera gravé dans ma mémoire. Et maintenant? Toujours des tours de piste pour affiner cet arrondi pas très au point, de la mania, et des navigations! Il y a encore du travail, avec mes 18h et quelques de vol. Et au programme dès demain, un premier local solo, génial!


Coucher de soleil sur Toussus, derrière ce bon vieux Québec Oscar!

Et en images...




mercredi 28 mai 2014

Les vols continuent et... on commence à parler de mon lâcher solo! Un grand moment dans la vie de tout pilote! En attendant, un petit vol du soir hier, très technique!



Au programme en effet, différents exercices en tour de piste. Nous avons donc décollé (sous une petite pluie d'ailleurs). 

Après deux touchers standard, on est parti pour deux tours de piste sans badin! Le badin est caché par un masque, et tout se fait au compte tour. Il faut donc être très précis dans le circuit pour obtenir les bonnes vitesses. Un premier un peu rapide, mais le second passe très bien. Vraiment intéressant comme exercice.

Ensuite, on part sur un atterrissage sans volets. On majore un peu la vitesse, et on se prépare à atterrir sur une distance environ 50% plus grande.

Deux petits atterrissages courts (vitesse minorée, on touche dès le début de la piste), et une panne au décollage: a 500ft sol, on réduit tout. Il faut alors rapidement rendre la main (c'est à dire pousser le manche) pour afficher la vitesse de plané (celle qui nous permet de rester le plus longtemps en l'air), pour ensuite choisir un champs et y effectuer un début d'approche.

Un vol très instructif donc... et rendez-vous est pris la semaine prochaine pour le l^cher si les conditions (et mon niveau!) le permettent!

A bientôt

samedi 24 mai 2014

J'ai pu voler jeudi dernier en soirée à Toussus pour un vol vraiment fantastique...

Retour à Toussus 15 minutes avant la nuit aéronautique, ça nous posera d'ailleurs quelques problèmes...

     Cette semaine n'a pas été la plus fantastique pour les pilotaillons comme moi. La menace quasi constante d'orages et de précipitations a rendu tout vol quasi impossible. Alors quand j'ai vu par ma fenêtre que le temps n'était pas trop mal et que X-Ray Delta était disponible, je n'ai pas hésité une seconde. Quelques textos après, le rendez-vous est donné à 19h30 à l'aéroclub. Un vol du soir, enfin! Depuis le temps que je voulais voir un coucher de soleil depuis les airs, je ne vais pas être déçu. Avec en prime, une petite vidéo de ces belles images d'aviation, mises en musique. Rien de transcendant, mais un joli souvenir de ce beau vol.

     Au programme donc, quelques tours de pistes sur Toussus, puis un petit local pour profiter de ce beau spectacle, avec quelques surprises pour l'arrivée, j'en reparle plus bas...!

Il fait beau à Toussus, et Kilo Tango sort le nez du hangar pour prendre un peu le soleil!

Après l'effort...


     C'est donc parti pour quelques tours de piste sur Toussus. C'est la première fois que je fais des tours de piste à LFPN, d'habitude on volait toujours vers Dreux ou Etampes. Pas facile aujourd'hui, le vend est plein travers, souvent au dessus de 15kts, heureusement que Denis est là pour m'aider! Mais je me vois malgré tout progresser tranquillement en tenue d'axe et de plan. Il va falloir affiner la tenue du manche pour mener l'avion plus en douceur, et toujours travailler sur le roulage qui reste défaillant par moment. Je n'ose pas imaginer le jour ou j'essaierai le train classique...

En (haute!) finale pour la 25R

... le réconfort!


     Après cinq touchés à Toussus, départ pour un petit vol local vers Chartres. Le soleil disparaît derrière les nuages, mais les couleurs du coucher de soleil commencent à apparaitre. Alors que ça turbulait beaucoup sur Toussus, en prenant de l'altitude l'air devient plus calme. Nous sommes seuls dans le ciel, personne sur la fréquence de Chartres: on profite du magnifique spectacle. 
     Arrivés à Chartres, on s'annonce pour un complet. Après la verticale à 2000ft, on se prépare à entrer dans le circuit: la vue est magnifique: juste à notre gauche, la cathédrale brille dans un petit rayon de soleil, au milieu des couleurs du soir! Du grand spectacle! Mais assez rêvé, mon brave X-Ray Delta ne se posera pas tout seul! Atterrissage sur la 28, avec toujours la silhouette de la cathédrale au coin de l'oeil, et petite pause sur le terrain de Chartres.


Soleil couchant, et flèches de la cathédrale: du grand spectacle!

   Avec Denis, nous allons à la rencontre du club de vol à voile du coin. On discute avec un membre qui nous propose gentiment de visiter le hangar. Je n'ai jamais vu autant d'avions regroupés dans un seul hangar, j'ai l'impression d'être dans un rêve avec tous ces planeurs autour de moi! Le treuil est là aussi, très impressionnant avec ses quatre bobines de câble. Avec 1100m de câble, le treuil propulse un planeur à 1500ft en quelques secondes! Impressionnant!
     Enfin, il ne faut pas traîner, la nuit aéronautique approche! Décollage, toujours avec ce magnifique spectacle de la cathédrale devant nous. On grimpe à 2000ft, et à moi de me débrouiller pour rentrer...       
- Tiens, rentrons en faisant une directe RBT!
       Tout fier de mon idée, je règle donc le VOR sur la fréquence, et je cherche la radiale qui nous ramènera. Cap est pris au 65. Sauf qu'après quelques minutes, Denis me fait remarquer que si je continue comme ça, on arrivera à Lille et pas à Toussus. Je n'avais pas recalé le conservateur de cap, et je filais gaiement en direction du Nord... Une belle erreur de débutant, surtout à l'heure où la nuit approche, qui restera gravée dans ma mémoire.      Mais ce n'est pas fini: arrivés à Toussus, passé en auto-info, on se fait remonter les bretelles par le contrôleur. On aurait du le prévenir que l'on comptait revenir après la fermeture du contrôle. Nous sommes même accueilli par la gendarmerie au retour au club. Le contrôleur avait essayé de nous appelé sur la fréquence de Toussus (alors qu'on avait basculé sur Chartres), et commençait sérieusement à se poser des questions. Nous n'y avions pas pensé, et ça aussi on s'en rappellera.



Souvenir, souvenir...


     De retour chez moi, je décharge la GoPro et me lance dans un petit montage vidéo! Ce sera avec la musique de Sigur Ros, un groupe de musique que j'ai eu la chance de voir en concert, aux sonorités très aériennes! Voilà donc cette petite vidéo sans prétentions, qui me laissera un joli souvenir de ce vol! A la prochaine!

(A regarder en HD et en grand écran!)




samedi 17 mai 2014

J'ai volé vendredi dernier sur X-Ray Delta, avec Denis et un ami qui a pu prendre place à l'arrière. En plus, j'ai enfin pu utiliser ma GoPro pour filmer le vol...


Le vol

     Il faisait un temps magnifique sur Toussus, et on a volé en apercevant à peine quelques nuages! Au programme de la journée, une petite navigation vers Dreux pour des tours de piste, avec quelques exercices en route. 
     Départ sur la 07R en cette belle journée, et on se met tranquillement en croisière pour un peu de vol lent, à 1,2Vs (la Vs étant la vitesse de décrochage). IL faut rester bien concentré pour maintenir les paramètres: la vitesse pour qu'elle ne chute pas trop, et l'altitude et le cap qu'il faut conserver. Résultat: je reste bien sur mon cap, mais je perds de l'altitude à cause d'un manque de coordination assiette-puissance. On bloque l'assiette, pleine puissance et on réaccélère! Quelques minutes après, Denis me coupe les gaz: alors qu'est ce que tu fais? On choisit un champ et on fait l'approche, jusqu'à 150ft sol qui est la limite réglementaire pour ce type d'exercices. Il plane trop bien ce DR400! Après avoir affiché la vitesse optimale de plané (celle pour laquelle on peut voler le plus longtemps sans moteur), on arrive un peu trop vite au niveau du terrain choisi. A nouveau, on bloque l'assiette, pleine puissance, et c'est reparti, pour trois tours de piste sur Dreux et retour.
     Bilan de la journée: un premier exercice de panne moteur très intéressant, et une technique qui s'affine sur les tours de piste, je me sens progresser tranquillement!

La vidéo!

     J'ai donc installé ma GoPro sur ce vol, à l'aide de la ventouse GoPro. J'ai utilisé un cable pour ajouter un dictaphone entre mon casque et l'avion pour enregistrer la radio. Je suis très content du résultat, même s'il faut que je repense un peu le support de stockage car la caméra a tendance à un peu trop vibrer. Du point de vue de l'enregistrement de la radio j'ai un peu galéré sur les fréquences d'échantillonnage, mais je m'en suis sorti. Je vous ferai un article plus détaillé sur l'enregistrement vidéo et mon process de traitement. Prochaine étape: l'incrustation des données GPS! 
     Vous pouvez aussi revoir mon vol sur CloudAhoy ICI

Et voilà donc la vidéo, disponible en HD! Celle-ci est la version courte:



Et le vol complet! Cliquez sur le logo Youtube en bas pour accéder à la vidéo sur le site: j'y ai mis un sommaire du vol pour naviguer plus facilement dans la video!




A bientôt!


 
© 2012. Design by Main-Blogger - Blogger Template and Blogging Stuff